Appel au 12 juin : lieux et horaires des rassemblements

Depuis maintenant plusieurs mois nous constatons un climat politique et social alarmant. S’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit. Les propos et actes racistes et sexistes au travail et dans la vie se propagent. Les attaques contre les libertés et les droits sociaux s’accentuent gravement. Dans ce contexte politique, économique, social et sanitaire les injustices explosent et génèrent une forte misère sociale.

Plusieurs lois liberticides organisent une société autoritaire de surveillance et de contrôle qui empêcheraient d’informer sur des violences policières, déjà trop importantes. De plus, si certaines de ces lois stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, d’autres en ciblent en raison de leur activité militante. (suite…)

Les congrès du SNEP-FSU. Votez, venez débattre !

Les enjeux pour notre discipline, plus que jamais mise à mal et pourtant indispensable, pour l’école, pour la société, et pour l’environnement, sont de taille pour aujourd’hui et demain. Alors, votez et participez aux congrès du SNEP-FSU !

Nous proposons à celles et ceux qui auraient « égaré » leur matériel de vote envoyés dans le bulletin « spécial élections » de retrouver les modalités de vote et le bulletin de vote ci-dessous.

Pour rappel :

  • Toutes et tous les collègues syndiqués, ou non à jour de leur cotisation qui le souhaitent, peuvent participer aux congrès départementaux et académique. Pour cela, Il suffit de déposer une autorisation d’absence accompagnée de la convocation, par la voie hiérarchique, au plus tard trois jours avant la tenue des différents congrès.

  • Vous trouverez les convocations et modèle de demande d’autorisation d’absence pour les congrès académique et départementaux en ligne et téléchargeables ici.

  • Un formulaire d’inscription pour le SNEP est également en ligne. Il est vivement conseillé de s’inscrire.

  • Les thèmes abordés lors des débats, les listes nationales, les orientations de tendance sont détaillées dans le bulletin national envoyé à tous les syndiqué-e-s et non à jour.

 

MODALITES DE VOTE.

  • Vous trouverez ci-dessous une version du bulletin de vote à imprimer. Après avoir (pour chaque scrutin et pour chaque vote) entouré votre choix d’un trait apparent ou rayé la mention inutile.

 

BULLETIN DE VOTE

  • Glissez votre bulletin de vote dans une enveloppe (petit format), mettre cette enveloppe dans une enveloppe blanche avec la mention « Elections SNEP-FSU 2021-Ne pas ouvrir » et indiquez (au verso) vos nom, prénom et coordonnées de votre établissement et surtout ne pas oublier de signer.

  • Si vous ne pouvez être au Congrès départemental, remettre cette enveloppe à un(e) collègue de votre choix ou l’adresser à l’adresses ci- dessous :

>>> Sébastien Beorchia, 11 route de Mont en Bessin 14250 Fontenay le Pesnel.

Lettre du SNEP-FSU Normandie aux IPR sur les protocoles bac

Référentiel BAC PRO : Le courrier des SNEP-FSU CAEN et ROUEN.

Après avoir pris connaissance du courrier de nos IA-IPR annonçant la date butoir du 28 mai pour le retour des référentiels BAC PRO concernant la session 2022. Il semble que la priorité de l’institution soit d’appliquer à marche forcée des réformes sans mesurer, un instant, les adaptations et mobilisations incessantes des équipes éducatives, liées au contexte sanitaire que nous connaissons depuis plus d’un an.

Les SNEP-FSU de Caen et de Rouen viennent d’interpeler nos IA-IPR sur ce sujet.


1er mai : les défilés et rassemblements.

Tract intersyndical

(autorisation de déplacement)

Calavados :

10h30 Place St Pierre à Caen

10h30 Place Mitterrand à Lisieux

9h30 Place St Patrice à Bayeux

10h00 Porte Horloge à Vire

Orne :

Rendez-vous ce 1er mai 2021
à 11h00
devant la Préfecture d’Alençon.

Manche:

Rendez-vous ce 1er mai 2021

Saint-Lo : 10h30 au Centre Culturel

Cherbourg : 10h30 devant la mairie

Avranches : 10h30 devant le Scriptorial, place d’Estouteville

Coutances : 10h30 Place Saint Nicolas

Granville : 10h30 Cour Jonville

 

Préparation de rentrée 2021 : – 6 postes en EPS !

 

La phase de préparation de la rentrée 2021 en terme de créations/suppressions de postes se conclue pour notre académie, une nouvelle fois, par un solde négatif. Et les répartitions des moyens dans les établissements font apparaître de grandes différences entre les affichages académiques (- 150 ETP) et la réalité des suppressions de moyens en heures-postes dans les collèges et les lycées normands. Les services du rectorat et des DSDEN refusent de nous donner une explication malgré les nombreuses interpellations lors des différentes instances.

Ainsi dans les lycées, sur le périmètre de Caen, pour une perte attendue de 492 élèves, la DHG globale baisse de 125h. Cette perte, déjà conséquente, est insupportable par son transfert massif d’heures postes (HP) vers les HSA.A la lecture des documents il ressort une évolution de -839h postes (soit près de 47 ETP !) et une augmentation intolérable de +694h en HSA !

Pour les collèges, dans le Calvados, là où le rectorat affiche une suppression d’emplois de -3 ETP, c’est en fait plus du double dans les moyens donnés sur le terrain : -6,5 ETP. Les collèges de la Manche se voient imposer le retrait de 33 ETP en heures postes avec une augmentation des HSA à hauteur de 3ETP, pour une baisse de seulement 215 élèves prévus (soit 4 élèves par collège), les retraits de moyens sont considérables en moyenne un poste de professeur est supprimé pour 6,5 élèves en moins. Et pour finir malgré une hausse de l’effectif global de 26 élèves dans l’Orne, on déplore la perte de 9 ETP dans les collèges avec la fermeture de 8 divisions.

L’EPS n’est pas en reste avec un solde négatif de moins 6 postes !

Le SNEP et la FSU continuent de se mobiliser pour des créations massives de postes largement justifiées par la hauteur des besoins. La gestion de la crise Covid-19, calamiteuse, de notre ministre ne doit pas faire oublier qu’il est en train d’organiser un véritable plan social dans les collèges et lycées français et de priver la jeunesse française des moyens nécessaires à sa réussite scolaire.

La mobilisation des équipes en relation avec le SNEP-FSU est incontournable. Ainsi lors du CTA du 22 mars dernier, les interventions du représentant du SNEP-FSU (sur la base des informations de l’équipe de l’établissement) ont permis qu’un poste d’EPS ne soit pas supprimé au Lycée Leverrier de Saint Lô. De même au collège d’IFS, dans le Calvados, nous avons obtenus la création d’un poste d’EPS !

 

Tous dehors, chapitre deux !

 

Le Premier Ministre a confirmé la reprise des écoles le 26 avril et des établissements du second degré le 3 mai. L’épidémie étant encore en circulation forte, cette reprise ne peut se faire que si elle est accompagnée de mesures strictes.

Et c’est une nouvelle fois, avec surprise, que nous avons découvert l’écriture d’un nouveau protocole « repères pour l’EPS » le 23 avril dernier.

Mais c’est une nouvelle fois, sans surprise, que nous avons entendu notre ministre de tutelle, sur les médias, aller toujours plus loin dans le mépris au travers de ses annonces sur l’accès aux installations sportives couvertes.

De fait, le protocole interdit l’accès à toutes les installations couvertes. Cependant qu’aucune donnée scientifique ne corrèle le développement de l’épidémie à la pratique de l’EPS et qu’une semaine avant l’annonce du dernier confinement, l’accès aux installations sportives couvertes était à nouveau autorisé.

Une nouvelle fois l’EPS est mise à l’index, une nouvelles fois nous devrons revoir nos programmations. Une nouvelle fois c’est toute une profession qui est méprisée dans sa professionnalité par ces prises de décisions abruptes et sans justification.

C’est ce même mépris qui opère dans la mise en œuvre de la loi de la transformation de la fonction publique et dans une préparation de rentrée 2021 supprimant plus de 1800 postes dans le second degré dans un contexte de crise sanitaire où plus que jamais le service public d’éducation à démontré son rôle fondamental.

Sébastien Beorchia, secrétaire académique du SNEP-FSU Caen.

 

 

 

 

 

 

 

Un an d’errance, un an de mépris : la FSU quitte le CHSCT Académique

Communiqué de presse

08-04-2021


Les élu.e.s de la FSU ont quitté ce jour le CHSCT Académique pour protester contre la langue de bois et les éléments de langage de la rectrice qui n’apporte aucune réponse précise à toutes les questions concernant la situation sanitaire dans les écoles et les établissements de l’académie de Normandie. Ceci dénote-t-il une incapacité à répondre aux nombreuses questions qu’engendre la situation ?

Alors que la FSU demande depuis un an des mesures de préventions concrètes pour éviter la fermeture des écoles, des collèges et des lycées, le Ministre et la Rectrice ont persisté dans le déni de voir les difficultés d’application du protocole, l’aveuglement et le refus d’entendre les personnels. Cette stratégie désastreuse s’est soldée par le fiasco actuel de la fermeture brutale des établissements scolaires, sans aucune anticipation. Aucune leçon n’a été tirée depuis l’an dernier.

Les cellules COVID mises en place dans l’Education Nationale sont complètement dépassées. Depuis début avril, il n’était déjà plus possible de les joindre par téléphone. Et l’on voudrait nous faire croire que la gestion de l’épidémie est rigoureuse et garantit la santé des personnels, des élèves et par conséquent de leurs familles et de la population en général !

Aujourd’hui, à la veille des vacances d’avril, et alors que les écoles doivent rouvrir le 26 avril, la Rectrice n’a pas été en mesure d’apporter des réponses sur les conditions de cette reprise.

Aucune réponse concernant le protocole sanitaire qui devra s’appliquer lors de la réouverture, alors que les effectifs dans les classes, les non-remplacements de personnels absent et la restauration scolaire restent des problématiques pleines et entières.

Aucune réponse concernant les demi-jauges dans les classes. La FSU craint une nouvelle fois des annonces a minima et à la dernière minute qui mettront de nouveau en difficulté l’ensemble des personnels et des familles.

Aucune réponse concernant les écoles où seront déployées des campagnes de tests, puisque les listes des écoles choisies ont été égarées.

Aucune réponse concernant la nécessité d’une réelle politique de prévention, qui consisterait à tester massivement et systématiquement les élèves et les personnels avant toute reprise.

Aucune réponse concernant la vaccination des personnels de l’Education Nationale. Le Président de la République est pourtant d’ores et déjà revenu sur ses engagements promettant une vaccination pour la fin avril, parlant désormais de la mi-juin… Comment prétendre faire de l’ouverture des écoles une priorité nationale sans prévoir de protéger les personnels qui accueillent les élèves ?

Refusant de reconnaître la moindre erreur, refusant de tirer des leçons d’une année de crise, refusant une nouvelle fois d’affronter la réalité du terrain, étant incapable de transmettre des chiffres fiables en conformité avec nos remontées, refusant de prendre ses responsabilités afin de garantir la santé des personnels et des élèves, Madame la Rectrice a une nouvelle fois montré en séance toute son impuissance à gérer la crise que nous traversons. C’est d’autant plus étonnant que lorsqu’il s’agit de supprimer des centaines de postes ou d’imposer des réformes, elle est tout à fait capable de dérouler une politique délétère pour le Service Public d’Education et ses agent.e.s.

Les représentant.es de la FSU au CHSCTA de Caen.