COVID-19 : la face cachée de l’iceberg !

La crise sanitaire et sociale que vit déjà notre pays et dont on annonce des développements encore plus dramatiques au cours des prochains mois ne doit pas être minorée et c’est dans le temps que nous devons désormais l’envisager.

    Le SNEP et la FSU n’ont eu de cesse d’alerter les responsables politiques sur les conditions de mise en œuvre de cette rentrée, sur la nécessité de stabiliser et clarifier le cadre législatif relatif à l’épidémie COVID-19 dans l’éducation nationale mais aussi à investir pour permettre, sur le terrain, l’application de mesures nécessaires comme d’autres pays l’ont déjà fait.

    Or force est de constater que rien n’est prêt, et que les personnels se trouvent à nouveau placés face à des injonctions contradictoires et à une impréparation manifeste de la part du ministère et des hiérarchies intermédiaires chantres du new-management. Une fois de plus nos conditions de travail et celles d’apprentissages de toute une génération d’élèves sont fortement dégradées.

    L’épidémie à laquelle nous sommes collectivement confrontés révèle chaque jour le manque d’ambition et d’investissements des gouvernements successifs pour le service public d’éducation et particulièrement pour l’EPS et le sport scolaire. Effectifs classes, postes, installations sportives, réformes inadaptées, mille-feuille territorial…

    Pourtant c’est toute une profession qui fait preuve au quotidien de sa professionnalité pour assurer ses missions de services publique d’enseignement d’une EPS obligatoire et incontournable dans le cursus scolaire.

    Alors oui, il est plus que légitime d’imposer des solutions progressistes de sortie de crise, notamment en remettant les questions de salaires et d’emploi au cœur des politiques publiques. Salaires et emplois ne sont pas des freins à la « relance », ce sont, à l’inverse, des solutions. 

    Cette nouvelle rentrée se fait dans un contexte particulier qui révèle l’accentuation des inégalités sociales, les dégradations de notre système scolaire et de nos conditions de travail. Plus que jamais, plaçons la sous le signe des mobilisations collectives, du progrès et de la réappropriation de nos métiers.

Bonne rentrée à toutes et à tous !

 

Sébastien Beorchia, secrétaire académique du SNEP-FSU Caen

2 réflexions sur “COVID-19 : la face cachée de l’iceberg !

  • 9 novembre 2020 à 20 h 22 min
    Permalien

    Bonjour

    Je vous contacte car j’ai fait une demande à l’établissement pour que les professeurs d’EPS soient équipés de masque FFP2, les seuls qui peuvent nous protéger des micro gouttelettes projetées par les élèves en cours d’EPS. En effet, nous sommes les seuls agents de l’éducation nationale avec les professeurs des écoles des écoles maternelles à être en contact avec des élèves non masqués.
    Voici la réponse de l’inspection académique :
    La demande de fourniture de masques FFP2 pour les personnels de l’éducation nationale a déjà été relayée à plusieurs reprises ces deniers mois par les OS. Je vous informe que cette demande n’est pas recevable puisque ces masques de haute protection sont réservés exclusivement à des catégories de personnels soignants particulièrement exposés lors d’acte médicaux à risques.

    Le sujet a été ré-abordé en CHSCT-A la semaine dernière et Mme la rectrice a confirmé que tous les personnels de l’éducation nationale sont dotés en masques grand public comme tous les autres agents publics.

    Le SNEP a t il fait une demande en ce sens?

    Merci pour votre réponse.

    Olivier

    Répondre
  • 10 novembre 2020 à 18 h 57 min
    Permalien

    Bonjour Olivier,
    J’ai fait cette demande à plusieurs reprises au titre de secrétaire du CHSCTA pour la FSU et le SNEP. Les autorités rectorales se positionnent sur les mesures de protections collectives (masque grands publics portés par élèves et personnels). J’ai démontré que les seuls EPI (équipement de protection individuelle face à du public non masqué) étaient les masques FFP2.Contexte maternelle et EPS.
    C’est une bataille de longue haleine comme la reconnaissance du covid 19 en maladie professionnelle. Nous n’avons pas gagné sur ces sujets mais les demandes et argumentaires sont présents dans les pv officiels de l’instance. Il ne sera pas possible de dire je en savais pas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *