Audience Rectorat Sections sportives : des réponses qui sont loin du compte !

Le SNEP-FSU a été reçu le 8 avril à Caen par les responsables de l’académie normande (Secrétaire général, secrétaire général au budget, responsable de division des moyens, IA-IPRs).

Nous avons d’abord rappelé notre fort mécontentement de ne pas être reçu directement par la rectrice, ce qui n’était pas un signe de reconnaissance de notre discipline et des collègues que le SNEP-FSU représente. Il nous été répondu qu’elle avait été retenue par un agenda chargé notamment pour la mise en place de l’accueil des réfugiés ukrainiens.

Nous avons rappelé l’écart insupportable entre les annonces et les actes. Alors que notre ministre aligne les annonces sur l’importance de la pratique sportive, qu’il déclare vouloir faire de la France une nation plus sportive, alors que l’académie normande va accueillir les gymnasiades en mai 2022, la rectrice de Normandie a décidé de façon unilatérale de supprimer l’ensemble des moyens fléchés pour les sections sportives normandes. Cette mesure est totalement inadmissible dans un contexte où la crise sanitaire a largement fait diminuer la pratique sportive des jeunes et où tout devrait être mise en place pour la favoriser.

 

Nous avons fait une proposition raisonnable de flécher 3h de moyens pour chaque section sportives de l’académie. Pour les 139 sections sportives du périmètre de Caen et de Rouen, cela représenterait 417 heures soit 0.12% du volume d’heures pour le second degré dans l’académie. Cette proposition réaliste permettrait de ne plus mettre en concurrence les disciplines, d’éviter le chantage au HSA qui oblige les enseignants à travailler dans des conditions de plus en plus dégradées avec pour certains un surmenage amenant au burn-out.

Monsieur Diaz, le secrétaire général  a rappelé que les moyens n’étaient plus fléchés mais qu’ils ne disparaissaient pas pour autant et qu’il serait attentif à chaque situation particulière où un blocage serait constaté avec une section qui fermerait sans raisons valables. M. Kogut a rappelé que beaucoup de sections sportives du périmètre de Rouen avaient pu perdurer sans moyens fléchés depuis de nombreuses années…

Ces arguments montrent la méconnaissance du fonctionnement dans les établissements. Les collègues en ont assez de devoir chaque année mendier quelques heures pour le maintien effectif de leur section. A chaque fois c’est leur investissement qui est remis en cause. Le rectorat doit cesser la langue de bois et prouver par des actes et un engagement fort en terme de moyens qu’il veut un vrai développement des sections sportives

Ces propositions du rectorat d’accompagnement de la disparition des heures fléchées avec une « écoute attentive des points de tension » n’est pas admissible pour le SNEP-FSU.

Nous avons réédité notre demande de fléchage systématique à chaque fois qu’une section a été validée par l’administration. L’absence de la rectrice n’a pas permis de trancher cette question pendant l’audience. Nous attendons actuellement la réponse et nous vous tiendrons informés dès que nous l’aurons

Eric Joufret

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.