L’Action Sociale des personnels de l’Éducation Nationale (Titulaires, précaires, retraité‐e‐s), encore trop méconnue !

Elle vise à améliorer les conditions de vie des personnels et de leur famille et intervient dans des situations difficiles.

Les principales actions sont les aides exceptionnelles en cas de difficultés financières passagères, les aides aux vacances, à la pratique d’activités de loisirs (agents et enfants), à la restauration, aux enfants handicapés…

Pour plus d’informations, consultez le site du rectorat :

https://espace-intranet.ac-caen.fr/wp/ressources-humaines/action-sociale/

Ce site n’est accessible qu’avec votre identifiant académique

 

Contact syndical F.S.U. :

Martine LARGET
larget.martine@wanadoo.fr
02 31 80 31 25 / 07 82 55 56 51

A noter que dans le cadre de la fusion des académies Caen/Rouen, cette instance, encore « Académie de Caen », est en phase d’harmonisation avec l’Action Sociale de Rouen

Compte-rendu Entrevue avec le cabinet de la Rectrice

Une délégation du SNEP-FSU a été reçue par le cabinet de la rectrice le lundi 06 septembre 2021. Elen Grain et Pierrik Gaillard, co-secrétaires académiques, composaient cette délégation, la Rectrice était représentée par Mme Maurouard, Adjointe au secrétaire général adjoint DRRH, M. Desfeux (DOS), Mme Grevery (Secrétaire Générale Adjointe Budget). Etaient également présents les IA-IPR de Normandie, Mme Garnier (Caen) et M. COGUT (Rouen, en visio).

Pendant cette entrevue qui a duré une heure, nous avons pu poser plusieurs questions liées à différents points de l’actualité de notre discipline et faire des propositions. Ce bref compte-rendu vous les présente ainsi que les réponses apportées ou non par l’administration.

 

  1. L’enseignement de spécialité EPS

SNEP : quel retour sur la mise en place des enseignements de spécialité EPS (EPPCS) en Normandie ?

RECTRICE : Un bilan sera effectué à la fin du premier trimestre pour avoir les retours de terrain sur cet enseignement

SNEP : L’ouverture de cette spécialité sera-t-elle étendue à chaque établissement à la rentrée 2022 ? Avec quels moyens ?

 RECTRICE : Les établissements souhaitant candidater pour l’ouverture de cette spécialité pourront le faire très rapidement via les Chefs d’Etablissement qui connaissent déjà la procédure. Aucun moyen supplémentaire ne sera débloqué, le choix des enseignements de spécialité faisant partie de l’autonomie de chaque établissement et de leur projet.

SNEP : Le SNEP regrette le manque de moyens alloués aux enseignements de spécialité et souligne la mise en concurrence, de facto, des disciplines au sein de chaque établissement scolaire ! 

 

  1. L’avenir du financement des sections sportives scolaires

SNEP : A l’image du fonctionnement du département du Calvados, nous souhaitons pour la pérennité des sections sportives scolaires dans le temps et leur implantations géographiques, que les 3H spécifiques et fléchées continues d’être présentées dans les tableaux de DHG et ce dans tous les départements de l’académie Normandie.

RECTRICE : Chaque département présente la répartition des moyens d’enseignement comme il le souhaite. Ce n’est pas parce que l’affichage est globalisé que les heures ne sont pas attribuées. Nous notons votre proposition.

 

Commentaire du SNEP-FSU Caen : Les heures sont peut-être attribuées, mais le non-fléchage entraine une mise en concurrence des disciplines

 

  1. La réforme de la formation de la filière MEEF

SNEP : Cette réforme (ainsi que la situation COVID de l’an passé) occasionne une arrivée massive d’étudiants en L3 et MASTER (120 étudiants en L3 / 100 étudiants en M1/M2). Cela va nécessiter un nombre important de tuteurs, et l’inspection a rédigé un mail d’appel à l’ensemble de la profession. Cette mission supplémentaire occasionne un surcroît de travail conséquent, et le SNEP a donc posé la question de la rémunération, critère absent dans le message d’appel.

 

RECTRICE : chacun est conscient du travail que cela représente, et bien évidemment cette fonction sera rémunérée pour les tuteurs M1 et M2. Pas de rémunération des tuteurs L3, comme c’est toujours le cas.

 

  1. L’enseignement de la natation en collège

SNEP : Depuis 2 ans, les conditions de l’enseignement de la natation ont été mises à mal par la pandémie liée au COVID. Le ministre, M. Blanquer, a réinsisté en cette rentrée sur la priorité nationale qu’était le savoir nager. C’est pourquoi nous demandons que des moyens fléchés soient attribués dans les prochaines DHG : pour 2 classes de 6ème 1h de soutien devrait être allouée à chaque collège. Cela représente 0,45% du volume des heures totales des DHG collèges.

 

RECTRICE : Nous attachons beaucoup d’importance à l’autonomie des établissements dans la gestion de leurs moyens. La part des heures données sur le forfait « Autonomie » doit permettre aux chefs d’établissements de répondre à cette priorité nationale. Nous notons toutefois votre demande.

 

Commentaire du SNEP-FSU : voir plus haut… pas de fléchage = concurrence, et vu les DHG allouées aux EPLE, il n’y aura pas de soutien natation favorisé pour compenser les 2 années COVID.

 

  1. Les GYMNASIADES 2022

SNEP : Selon les dernières informations dont nous disposons, ces « jeux olympiques scolaires » devraient rassembler 3000 personnes de 75 nations (élèves de lycée et accompagnateurs), 500 à 600 enseignants de l’académie, 300 bénévoles des comités et ligues et retraités, 1000 jeunes organisateurs et officiels, sans compter les élèves participant à la construction de la cérémonie d’ouverture et de clôture.
Le SNEP-FSU est très inquiet par rapport à l’avancement du dossier. La profession n’a pas été informée ni sollicitée pour cette manifestation majeure qui demande anticipation et moyens conséquents pour que l’organisation soit à la hauteur des enjeux. A ce jour, malgré nos différentes relances dans les instances (CTA de janvier à juin 2021, CRUNSS Haute et Basse NORMANDIE de juillet 2021), les demandes faites par le SNEP concernant la mise à disposition de 5 ETP pour l’organisation de cette manifestation sont restées longtemps sans réponse. Lors du dernier CRUNSS Haute-Normandie, la Rectrice D’Académie a annoncé qu’aucun enseignant d’EPS ne serait libéré pour l’organisation de cet événement.

Nos demandes, pour pouvoir organiser une manifestation à la hauteur des enjeux, formulées pour la énième fois, sont les suivantes :

  • La décharge des cadres UNSS de l’Académie pour cette année et leur remplacement pour continuer leurs missions locales
  • Les enseignants d’EPS de l’académie Normandie, s’ils le souhaitent, doivent être d’urgence avertis et impliqués pleinement dans l’organisation
  • Pour que nos élèves aient la chance de s’impliquer massivement dans cette manifestation historique, ils doivent dès maintenant pouvoir commencer à être formés dans les rôles mis en avant par l’UNSS (jeunes officiels, jeunes organisateurs…)
  • Les collègues étant déjà investis dans les commissions sportives ou d’organisation doivent être déchargés les semaines précédentes et convoqués pendant la semaine de l’évènement

 

RECTRICE : Nous concédons que la communication sur la tenue de cet événement aurait pu être menée différemment mais le contexte sanitaire ne nous a pas été favorable. Dans les prochains jours, des décisions devraient être prises ainsi qu’une communication envers la profession. « Ne vous inquiétez pas, les Gymnasiades seront une réussite ».

 

 

  1. Le protocole sanitaire de rentrée en EPS et le Pass sanitaire

SNEP : Comment les professeurs d’EPS doivent-ils interpréter la notion de sports de « contact » dans la construction de leur programmation d’EPS ?

RECTRICE : Il n’y a pas une liste d’APSA interdites, c’est aux enseignants d’aménager et d’adapter les activités pour limiter les contacts. Ce sont les activités comme le judo, la lutte ou l’acrosport qui peuvent poser le plus de problèmes. La volonté de l’inspection est de laisser le plus de liberté possible aux équipes dans leurs choix d’activités en y associant un travail didactique cohérent avec le protocole de niveau 2.

 

SNEP : Dans le cas où une installation sportive est utilisée par plusieurs établissements scolaire ou avec du public sur le même créneau, le responsable de cette installation peut-il exiger le Pass sanitaire ?

 RECTRICE : Sur le temps scolaire, c’est le protocole Education Nationale qui prévaut. Le Pass sanitaire ne peut donc pas être demandé. Si des Professeurs d’EPS éprouvent des difficultés d’accès aux installations sportives, ils peuvent solliciter les IPR pour être aidé.

 

SNEP : Est-ce que les compétition UNSS peuvent reprendre dès la rentrée ?

RECTRICE : Le ministère attend le 30 septembre pour analyser l’influence de la reprise scolaire sur l’évolution de la pandémie. Il n’y aura donc pas de compétition UNSS jusqu’à cette date.

 

  1. La réforme du lycée et le sport scolaire

SNEP : Le SNEP expose le problème de la réforme du Baccalauréat et le positionnement d’heures de cours le mercredi après-midi. Il demande à ce que Mme la Rectrice puisse faire un rappel aux Chefs d’Etablissement par rapport à ce problème récurrent (ex rentrée 2021 : un établissement annonce que plus de la moitié de ses classes a cours le mercredi AM), afin de laisser libre cette plage horaire, dévolue aux activités de l’Association Sportive et de l’UNSS.

RECTRICE : La demande est notée et il nous est rappelé que les Chefs d’Etablissement sont fortement sensibilisés à ce sujet et qu’ils font de leur mieux avec les contraintes qu’ils ont. Les IPR précisent que ces problèmes sont peu nombreux, mais qu’en cas de difficultés, les équipes EPS peuvent solliciter leur aide !

Le 23 septembre : Faisons entendre notre voix

« Une revalorisation historique » selon Jean-Michel Blanquer, l’Éducation nationale « choyée » selon Jean Castex…

Derrière les grandes déclarations, la réalité est toute autre sur les questions de salaires, moyens et métiers…

L’intersyndicale FSU, CGT, FO, Sud Éducation appelle à une rentrée dans l’action : AG, heures d’informations syndicales, actions locales et grève le jeudi 23 septembre.

 

Salaires : rien d’historique !

Les annonces de septembre 2021 confirment que la revalorisation promise par Jean-Michel Blanquer est très loin de prendre la mesure du déclassement salarial subi par nos profession.

Pas de dégel du point d’indice, prime d’attractivité qui ne répond pas aux enjeux de revalorisation, nouvelle grille pour les AESH insuffisante et rien pour les vies scolaires.

 

Une rentrée sans moyens pour le 2d degré !

Solde des suppressions / créations dans l’Académie de Normandie – périmètre de Caen = -92 !

1883 suppressions d’emplois alors que les effectifs augmentent dans les collèges et les lycées, et depuis 2018, les budgets des gouvernements Macron ont acté la suppression de 7 490 emplois alors que les effectifs augmentaient de 63 662 élèves. 7490 suppressions d’emplois, c’est l’équivalent de 166 collèges rayés de la carte ! Pour simplement garder le taux d’encadrement de 2017, il aurait fallu créer 7 564 emplois.

Les conséquences sont visibles : augmentation des effectifs dans les classes, réduction de l’offre de formation etc…

Pour faire face aux enjeux pédagogiques de cette rentrée sous Covid et après une année 2020-2021 très largement perturbée par l’épidémie, le ministre ne propose que deux solutions : Devoirs faits en collège et des heures supplémentaires (HSE) en lycée. Cela ne répond en rien aux besoins de cette rentrée !

 

Pour le Calvados :

- à Caen, à 10h30 place du théâtre

Pour l’Orne :

- à Alençon, à 10h30 place Bonet, devant la DSDEN

Pour la Manche :

- à Cherbourg à 10h30 place de la mairie
- à Saint-Lô à 10h30 devant la DSDEN
- à Avranches à 10h30 place de la mairie

Tract Calvados Tract Orne Tract Manche

Promotions Classe Exceptionnelle et Echelon Spécial de la classe exceptionnelle

  • Les 11 professeurs d’éducation physique et sportive hors classe dont les noms suivent, inscrits sur le tableau d’avancement établi au titre de l’année 2021 pour l’accès à la classe exceptionnelle de leur corps, sont nommés professeurs d’éducation physique et sportive classe exceptionnelle à compter du 1er septembre 2021 :

Nom

Prénom

Etablissement

BLONDEL

MARYSE

Lycée polyvalent Mezeray-Gabriel Argentan

BRIERE

ALEX

Collège Le Dinandier Villedieu-lesPoêles-Rouffigny

DESPIERRES

FREDERIQUE

Direction des services départementaux de l’éducation nationale de l’Orne Alençon

GARNIER

BRUNO

Collège Montgomeri Troarn

GUILLEUX

LAURENCE

Université de Caen Normandie Caen

HESTIN

CAROLINE

Collège Charles Letot Bayeux

 

LECOUTEY

STEPHANE

Section d’enseignement professionnel du lycée polyvalent Jules Verne Mondeville

LOYER

FREDERIC

Université de Caen Normandie Caen

LUREAU

JEAN-BAPTISTE

Université de Caen Normandie Caen

SOREL

YANN

Lycée polyvalent Arcisse de Caumont – Lycée des métiers du transport et de la logistique Bayeux

VEZIEN

VERONIQUE

Lycée professionnel Camille Claudel – Lycée des métiers des services Caen

  • Le professeur d’éducation physique et sportive classe exceptionnelle dont le nom suit, inscrit sur le tableau d’avancement établi au titre de l’année 2021 pour l’accès à l’échelon spécial de la classe exceptionnelle de son corps, est promu à l’échelon spécial à compter du 1er septembre 2021 :

Nom

Prénom

Etablissement

ALLAIN

BERNARD

Université de Caen Normandie Caen

 

La publication a été faite le 31 aout sur le site de l’académie, les collègues promus ont été prévenus, mais les nom promus ne le sont toujours pas.


Si vous étiez dans le tableau d’avancement cette année, et que vous n’avez pas été promu, vous pouvez solliciter un recours :

Voies et délais de recours

 

Si vous estimez devoir contester cette décision, vous pouvez former : 

  • Soit un recours gracieux ou hiérarchique,
  • Soit un recours contentieux devant la juridiction administrative compétente. Ce recours n’a pas d’effet suspensif.

 

Si vous avez d’abord exercé un recours gracieux ou hiérarchique dans un délai de 2 mois à compter de la notification de la présente décision, le délai pour former un recours contentieux est de 2 mois* :

  • à compter de la notification de la décision de rejet du recours gracieux ou hiérarchique ;
  • ou à compter de la date d’expiration du délai de réponse de 2 mois dont disposait l’administration, en cas de décision implicite de rejet du recours gracieux ou hiérarchique.

 

Dans les cas très exceptionnels où une décision explicite est de rejet intervient dans un délai de 2 mois après la décision implicite – c’est à dire dans un délai de 4 mois à compter de la notification de la présente décision – vous disposerez à nouveau d’un délai de 2 mois* à compter de la notification de cette décision explicite pour former un recours contentieux.

En cas de recours contentieux, vous pouvez saisir le tribunal administratif au moyen de l’application informatique « Télérecours citoyens » accessible par le site internet www.telerecours.fr

 

* 4 mois pour les agents demeurant à l’étranger 

Stagiaires – entrée dans le métier

Vous débutez dans le métier ? (ou vous voulez voir ce qui se fait ailleurs ?)

Pas toujours facile de s’y retrouver dans les multiples propositions didactiques et pédagogiques existantes.

Des collègues du « groupe éduc » du SNEP-FSU ont sélectionné pour vous des articles qui vous aideront à préparer vos cycles d’EPS.

Natation, danse, sports collectifs, badminton, arts du cirque, gymnastique…

Voilà pour vous souhaiter « Bienvenue dans le métier » !

Retrouvez le dossier sur le site du centre EPS & Société

L’état des lieux de la rentrée : les enquêtes !

En cette rentrée, nous vous rappelons que le SNEP-FSU c’est aussi vous :

nous ne pouvons pas travailler sans infos !

Faites nous remonter les situations de vos établissements pour pouvoir vous aider si besoin.

  • Au niveau national : National
  • au niveau académique : 
  • au niveau départemental : 

 

Pour un plan d’urgence dans l’éducation, appel à se mobiliser dès la rentrée

Pour un plan d’urgence dans l’éducation,
pour les postes, les salaires, l’amélioration des conditions de travail.

Appel à se mobiliser dès la rentrée, à se mettre en grève le 23 septembre et à préparer la mobilisation interprofessionnelle

L’École a été soumise à rude épreuve et les personnels ont terminé l’année dans un état de fatigue rarement atteint.

 

La rentrée 2021 est de nouveau marquée par le manque d’anticipation et la confusion de la politique suivie face à la poursuite de la crise sanitaire. Par ailleurs, alors que cette rentrée aurait nécessité la mise en place d’un plan d’urgence et la création massive de postes pour l’éducation dans un contexte qui a rendu plus compliquée la progression des apprentissages, le ministère poursuit une politique qui va à rebours des besoins du service public :

– refus de créer un collectif budgétaire pour la création de postes d’enseignant.es, de CPE, AED, AESH, de PsyEN, de RASED, de personnels administratifs, techniques, santé et sociaux dans les écoles, les établissements et les services pour répondre aux besoins et annuler les suppressions de postes notamment dans le 2d degré où le déploiement d’heures supplémentaires est une réponse inadaptée

– publication de la circulaire de rentrée sans qu’aucune concertation préalable n’ait été organisée. De plus, son contenu relève davantage de la promotion de la politique ministérielle.

Encore une fois, le ministre est dans le déni de réalité en refusant de prendre les mesures nécessaires. Cette absence d’anticipation et de prise de décisions est irresponsable au regard des enjeux de gestion et de sortie de crise.

Les annonces du Grenelle ont confirmé qu’il n’y aurait pas de loi de programmation pluriannuelle. Un renoncement de plus qui ne répond pas aux attentes salariales des personnels et en exclut la majorité. Au-delà de la deuxième tranche de la prime d’attractivité, très insuffisante pour rattraper les retards, il est bien difficile de voir de quelconques perspectives de revalorisation pour les années à venir. Il est urgent d’augmenter les salaires de tous les personnels.

 

Nos organisations dénoncent l’ensemble de ces mesures qui tournent le dos à la priorité à l’éducation et cherchent à transformer en profondeur les métiers dans le sens de contraintes supplémentaires sur les personnels : projet de création d’un emploi fonctionnel de directeur d’école et de hiérarchies intermédiaires, pilotage par l’évaluation. Nous ne pouvons accepter de tels reculs.

 

Nos organisations refusent la généralisation du contrôle continu et demandent le rétablissement du baccalauréat national pour la session 2022, avec des épreuves nationales, terminales et anonymes.

Nos organisations appellent la profession à se mobiliser dès la prérentrée afin d’exiger un plan d’urgence pour le service public d’Éducation. Notre École ne peut fonctionner sans moyens supplémentaires et sans personnels revalorisés et reconnus dans leurs expertises professionnelles.

Elles appellent les personnels à se réunir dès les premiers jours de la rentrée, y compris avec les parents d’élèves, pour lister les revendications et organiser les mobilisations nécessaires. Nos organisations soutiendront toutes ces actions qui doivent permettre de préparer une action nationale d’ampleur. Elles appellent les personnels à la grève le 23 septembre. Elles appelleront à poursuivre ces actions, en particulier dans le cadre d’une mobilisation interprofessionnelle.

Retrouver l’appel sur le site de la FSU

Vaccination et pass sanitaire

Pour lutter contre la propagation du virus, la vaccination reste un outil important qu’il est nécessaire de développer tout comme la recherche médicamenteuse pour soigner les personnes infectées. Par ailleurs, s’agissant d’une épidémie qui touche l’ensemble du monde, une politique cohérente doit passer par la levée des Brevets afin que le vaccin soit également accessible aux pays pauvres. Dans l’intérêt général, l’accès à la vaccination doit être possible et facilité sur tout le territoire. Faire des profits sur la pandémie est inadmissible.

Le fait d’imposer un pass sanitaire pour permettre d’accéder à certains services, aux transports, aux loisirs… génère des problématiques qui clivent dangereusement la population entre celles et ceux qui en seront possesseurs et les autres. Opérant une fracture supplémentaire dans la société, générant encore plus de discorde, fragilisant la cohésion sociale, le pass sanitaire doit être abandonné. Cet abandon est d’autant plus nécessaire que les conditions de la mise en œuvre des vérifications sont renvoyées aux acteurs locaux. Ce sont donc les citoyens eux-mêmes qui valident ou non les accès à d’autres citoyens… Par ailleurs il comporte de graves remises en cause du droit du travail et limite les libertés, son imposition n’est pas acceptable ! L’OMS continue de préconiser partout de convaincre sur l’importance de la vaccination plutôt que de contraindre, nous souscrivons à cette façon de faire.

Sur cette question, le ministre Blanquer continue à entretenir des réalités alternatives. Selon ses déclarations, le pass sanitaire n’est pas demandé dans l’éducation nationale mais nous pouvons constater que dès la première AG UNSS, il sera obligatoire. Là encore, ce n’est pas acceptable.

Ne nous trompons pas de combat en nous enfermant uniquement dans ces débats sanitaires qui masquent toutes les questions sociales, de justice et de nécessaire transition écologique. Ils sont importants et il faut s’en emparer mais il ne faut pas occulter les dégradations que les politiques néo-libérales ont fait subir à nos services publics. Si l’Ecole et nos cours d’EPS vont être impactés, l’auraient-ils été autant si les classes étaient moins chargées, les personnels plus nombreux, les espaces de travail mieux pensés et rénovés… Investir dans l’Ecole, investir dans l’hôpital, investir dans la recherche est indispensable pour l’avenir.

Eric Jouffret – S3 Rouen

Stage SNEP-FSU jeudi 14 et vendredi 15 octobre : comprendre les réformes qui bouleversent notre métier.

Le SNEP-FSU Normandie (Caen et Rouen) organise un stage GPS le jeudi 14 et vendredi 15 octobre à Pont-Audemer pour faire le point sur les grands dossiers qui bouleversent notre métier.

Le but est de se repérer, comme avec l’aide d’un GPS, et de déchiffrer les systèmes, les enjeux :

  • Les réformes de l’état, de l’école, de la fonction publique, de la protection sociale …
  • La place de l’EPS, du sport scolaires et leurs fonctions
  • Le nouveau management public (nouveau poids de la hiérarchie locale)
  • Enseignant, Concepteur ou applicateur…

Le lien vers la vidéo de présentation :

Tu trouveras une présentation plus complète du stage ici

Pour les collègues qui viennent de loin, il est possible d’être hébergé le soir en cottage au camping Risle -Seine de Pont -Audemer.
La nuitée est gratuite pour les adhérents de cette année au SNEP FSU, payante (15€) pour les non adhérents.
Pour être hébergé-e au cottage, il est indispensable de présenter :

  • le Pass Sanitaire, dont la dernière injection date de plus de 7 jours, pour les vaccins à 2 injections
  • le Pass Sanitaire, dont la dernière injection date de plus de 4 semaines, pour les vaccins à 1 seule injection
  • le Pass Sanitaire de plus de 2 semaines après l’injection, chez les personnes ayant déjà eu un antécédent de COVID (une seule dose)
  • Si ce n’est pas le cas, un test NEGATIF antigénique ou PCR de moins de 48h (attention respecter le délai de 48h effectives)

Les responsables du camping vérifieront la version numérique ou papier de votre Pass Sanitaire.
Pour la nuitée, apporter son duvet ou ses draps (les couvertures sont fournies).

Pour t’inscrire, il faut faire une double démarche :