CTA de Caen : Dialogue social, DHG et Loi de la transformation de la fonction publique les jeux sont faits, rien ne va plus !

CTA de Caen : Dialogue social, DHG et Loi de la transformation de la fonction publique les jeux sont faits, rien ne va plus !

Le jeudi 13 février 2020 se tenait le CTA de l’académie de Caen avec deux points essentiels à l’ordre du jour : un concernant les « lignes directrices de gestion » et un autre relatif aux « mesures budgétaires relatives aux emplois ». Les représentant.es du personnel ont pu constater que Mme la Rectrice ne présidait pas cette instance et qu’il n’y avait pas de document sur table, une première !

La déclaration liminaire de la FSU soulignait de plus, que ceux fournis par voie électronique étaient largement dégradés comparés aux années précédentes. Pourtant, il avait été assuré que la création de la région Normandie se ferait par le haut. Les autorités rectorales et les représentant.es de la FSU n’en ont manifestement pas la même définition !
Dans cette même déclaration la FSU
– Alertait sur la défiance généralisée qui s’instillait entre les personnels et le ministère,
– Remettait en cause la politique répressive mise en œuvre dans notre académie à l’occasion du passage des E3c,
– Rappelait l’opposition majoritaire au projet de réforme des retraites par points,
– Dénonçait les conséquences de la loi de transformation de la fonction publique et les suppressions de postes pour la préparation de rentrée 2020…
En retour, car il faut bien un émetteur et un récepteur pour qu’il y ait échange, aucune réponse des autorités rectorales !
S’en suivait l’étude du point sur les « lignes directrices de gestion » qui confirmait que les organisations syndicales ne seraient à aucun moment associées au travail sur les circulaires de mutations intra académiques.
Puis étaient évoquées les incidences de la suppression des capa sur le mouvement et leur travail de contrôle et de rectification des erreurs dans les boucles de mutation des personnels avec les personnels du rectorat.
Les représentant.es étaient très vite « rassuré.es » par un des chefs de service de la DPE qui leur assurait que lors de la phase de gestion du mouvement seraient utilisés les mêmes algorithmes et outils que les années précédentes. Ceux-là même qui engendrent des erreurs que vos commissaires paritaires relevaient et demandaient à corriger les années précédentes !
Ce qui est certain c’est que suite à contestation d’un personnel, qui démontrerait une erreur manifeste de traitement de sa demande de mutation, le mouvement ne serait à aucun moment revu, la règle générale étant : « c’est le Recteur qui affecte les enseignants, le barème n’a qu’un caractère indicatif ».

Puis était évoquée la ventilation des moyens académiques pour la préparation de rentrée 2020. Dans la continuité de « l’enfumage » de l’année dernière sur le volant d’HSA, la délégation de la FSU a démontré, point par point, que les autorités rectorales avaient en plus des 78 postes supprimés et annoncés en CTM, supprimé dans l’opacité la plus complète 30 postes pour constituer une réserve face aux incertitudes de la réforme des lycées.
Un vote unanime contre cette ventilation a été exprimé.

Pour conclure les autorités rectorales ont refusé de revoir l’organigramme de l’académie Normande.
Quoi qu’il en soit, les représentant-e-s de la FSU ont assuré aux autorités rectorales qu’elles pourront toujours compter sur la FSU pour agir dans l’intérêt des personnels et des usagers, malgré la loi de la transformation de la fonction publique, que Mme la rectrice met en œuvre localement, dont l’objectif premier est de limiter le rôle des élu-e-s des personnels.

Lors de ce CTA le représentant du SNEP-FSU est intervenu sur la question des sections sportives afin qu’un bilan soit présenté. Il a par ailleurs, demandé un point d’étape de l’expérimentation d’un enseignement de spécialité EPS positionnée au lycée d’Honfleur et a réaffirmé l’exigence de la mise en place de cet enseignement dans tous les lycées. A aussi été évoqué la question des nouveaux protocoles d’évaluation d’EPS se substituant aux référentiels nationaux.

Sébastien Beorchia, représentant du SNEP-FSU au CTA de Caen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.